Flash

Élection du CSE à la Caisse d'Épargne Midi Pyrénées du 19 février au 12 mars

Les candidat-es

Quand l’hôpital se moque de la charité

Une nouvelle communication du SU-UNSA, sous couvert de compte rendu de réunion, laisse éclater au grand jour son incapacité à rebondir après  son échec aux dernières élections.

Une fois n’est pas coutume, Sud  qui d’ordinaire préfère consacrer son temps à l’intérêt général plutôt qu’à la polémique stérile, va ici rappeler des faits incontestables et tous vérifiables.

1/ « Ne fait pas à autrui ce que tu ne veux pas que l’on te fasse » 

Depuis des lustres, le SU travaillait en vase clos, s’accaparait tous les postes et tous les moyens dans nos deux CE respectifs et dénigrait toutes les autres organisations. Nous aurions pu imaginer  que la création de notre nouvelle entreprise soit l’occasion pour eux  d’une prise de conscience,  réalisant l’intérêt d’unir nos forces afin  de protéger au mieux les intérêts des salarié(e)s  Que nenni !

Dès l’annonce de la Fusion, cette organisation syndicale a fait cavalier seul en :

  • Ne s’opposant pas au projet de fusion, voire en l’accompagnant.
  • S’accaparant à elle seule 11 postes (7 CEA, 4 CELCA)  sur 30 de la commission de concertation, instance en charge des négociations du socle social de la CEGEE.
  • Refusant l’intersyndicale et signant seule l’avenant intéressement limitant notre supplément à 600€.

2/ « Nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude »

Dans des communications successives, le SU par tract interposé, s’indigne du nombre de raturages dont certain(e)s de leurs candidat(e)s ont été victimes et parle d’une « opération d’exclusion organisée » laissant sous-entendre un complot contre eux.

Ce scénario n’est pas plausible pour rayer des noms sur une liste il faut voter pour cette liste !

Quelle organisation syndicale aurait appelé ses adhérent(e)s à voter pour la concurrence et se priverait de 86 voix ?

Alors OUI, c’est une opération organisée, mais en interne au SU, organisation en décrépitude, rongée de l’intérieur par des questions de leadership et d’égos surdimensionnés. Dans ces conditions, c’est sûr une alliance entre les 3 autres OS est incompréhensible pour eux !

3/ « On voit la paille dans l’œil de son voisin, mais pas la poutre dans le sien. »

Se délecter de la  démission de deux élu(e)s survenue récemment à la CFDT, quand sa propre section est en déroute avec des clans qui s’opposent et vont jusqu’à saisir la Comex nationale du syndicat pour harcèlement, (mais ça évidemment le SU n’en fait pas état) nous semble quelque peu cavalier.

4/ « La critique est un fruit de l’envie, ou l’effet d’une ridicule présomption de sa propre capacité ».

  • Alors OUI, la mise en place de l’instance nouvelle  qu’est le CSE engendre des difficultés techniques (nouveau site par exemple) et de formalismes,
  • Alors OUI,  c’est une nouvelle équipe qui doit prendre ses marques,
  • Alors OUI, notre souhait de coopération  entre élu(e)s de trois organisations syndicales distinctes est une révolution.
  •  Alors OUI, l’exercice 2019 sera particulier et d’ores et déjà, nous vous remercions de votre patience.
A chacun ses priorités !

Dans les temps difficiles que nous traversons tant en termes de suppression d’emplois que de conditions de travail, nous avons effectivement opté pour  une Alliance (que d’aucun qualifie de belleconstructive, quand d’autres passent leur temps à démolir !

L’équipe SUD-Solidaires CEGEE

TÉLÉCHARGER LE TRACT