Flash

Élections du CSE à IT-CE - Du 11 au 18 mars votez et faites voter SUD-Solidaires

Notre plaquette électorale

COMITÉ D’ENTREPRISE DE DÉCEMBRE 2018

 Pour le dernier CE de l’année, la direction n’a récolté que des avis négatifs !!! 

Avis du Comité d’Entreprise sur le projet d’augmentation de capital de BPCE SA 

C’est un avis négatif à l’unanimité ! Cette pièce de théâtre a pris fin par un refus de vote des élus Sud-Solidaires (comme ceux du Su-Unsa), et par des abstentions de la Cfdt et du Sne-Cgc. Pour rappel, les élus Sud, afin de pouvoir rendre un avis éclairé, avaient demandé au Comité d’Entreprise de recourir à une expertise (Il s’agit pour notre caisse de remonter plus de 46 M€ de fonds propres représentant plus d’une année de bénéfice …). L’argument avancé par la Cfdt pour refuser l’expertise et suivre le sens de la direction : ça coûte cher au CE !!! La bonne blague … 

Un accord en catimini avait été signé et rendait la remise d’avis obligatoire au CE de décembre. Résultat, les élus ne disposant pas d’éléments complémentaires se sont retrouvés dans la situation identique du mois de novembre dernier. Une expertise aura lieu mi-janvier chez BPCE SA pour analyser les véritables conséquences d’une telle opération. Clap de fin ! 

Avis du Comité d’Entreprise sur la politique sociale, de l’emploi et des conditions de travail de 2017 

Le CE a remis un avis négatif à l’unanimité ! Me Paquet semble surprise … pourtant les salariés paient le prix fort d’une année d’incurie et d’inertie de la part des dirigeants. C’est ainsi que toutes les OS rejettent en bloc la politique sociale menée « tambour battant » par le directoire pour 2017. Ce n’est pas moins de 97 CDI supprimés, un nombre record de départ, un nombre ridicule de recrutement et pour finir Loire Centre affiche les salaires les plus bas des Caisses d’Epargne ! Vous avez dit « politique sociale » ? Il est bien difficile de « réinventer » la vie qui va avec ! 

Avis du Comité d’Entreprise sur les orientations stratégiques 

Encore un avis négatif à l’unanimité, une fois de plus l’ensemble des élus a rejeté leur point d’étape et les perspectives pour 2019 ! La direction a été jugée une nouvelle fois sur le fond et non la forme. On vous prévient d’emblée : son approche est purement financière et comptable, il faudra trouver des sources de PNB nouvelles à tout va pour arroser les vortex de BPCE. Agences collaboratives, regroupement d’agences, nouvelles technologies pour in fine, supprimer des emplois et augmenter les membres de directoire. A aucun moment, la présidente s’inquiète de votre avenir, de vos conditions de travail et de vos revenus. 

C’est un contresens scandaleux pour l’institution Caisse d’Epargne, dont la vocation est solidaire et fondée sur la philanthropie. 

Infos sur : Dimension Conseil / Effectifs / Prévisions annuelles et la politique de l’emploi 2019 

  • Début décembre 169 agences ont basculé en Dimension Conseil, il subsiste encore 25 agences sous l’ancien format. 
  • 50 Postes sont encore vacants à Loire Centre.
  • Nous sommes 1 640 CDI (+ 9 par rapport au mois dernier), ce chiffre mérite d’être encadré, pas sûr qu’il se reproduise avant plusieurs mois. La direction semble se réveiller en fin d’année pour tenter d’afficher un objectif de recrutement acceptable pour 2018 !

Quant aux perspectives sur l’emploi pour 2019, elles ne sont guère réjouissantes. Le budget prévoit un niveau d’effectif stable (ETP RH moyen), il faut comprendre qu’il y aura soit des suppressions de postes ou soit d’innombrables postes vacants … dans la continuité de 2018. Le plan stratégique 2018/2020 entrevoit à terme un effectif ETP RH moyen de 1 575. A fin 2018, Loire Centre va finir autour de 1 588, la direction sait parfaitement anticiper ses objectifs bien en amont lorsque celui-ci est au détriment des salariés.

PLANS D’ACTIONS BDD ET BDR / PART VARIABLE 2019 

Rien de nouveau sous le soleil … Tour à tour, Pierre Arnoult pour la BDR, et Bruno Boutier pour la BDD sont venus présenter leur Plan d’Action dans leur domaine respectif. Aucun changement majeur hormis le fait que le directoire souhaite plus que jamais capitaliser sur la prise de parts de marché des dernières années (prêt immo, flux, segments de clientèle …) pour rentabiliser les activités de la CELC. Un mot d’ordre toutefois : travail des portefeuilles et accroissement de la productivité ! 

Nous y voilà, cette prétendue modernité économique substituée au progrès social ! 

Si en 2018, les salarié-es ont vécu douloureusement les écarts entre les concrétisations et les objectifs, 2019 apportera peu de changements. Les collègues devront continuer à se battre bec et ongle pour obtenir un hypothétique complément de revenu : 

  • 2019 tout comme 2018 ne sera pas une année orientée vers la conquête massive de clients via les prêts immobiliers. 
  • le directoire souhaite absolument marger via tous les relais de croissance (Iard, prévoyance, bancarisation, Assurances vie via les UC etc.).
  • Nouveauté : la CELC commercialisera de la télésurveillance qui fera partie du compteur IARD pour être « vendeur régulier » …

Gardons à l’esprit que cette tendance voulue par la direction ne profitera pas forcément aux salarié-Es. 

Commission Economique du 4 décembre 

Résultats financiers à fin septembre/prévisions à fin 2018 : 

Interrogée par vos représentants Sud-Solidaires, la direction, chiffres à l’appui l’affirme : les résultats sont une nouvelle fois excellents. 

Le résultat net est prévu à 57,3 M€, en augmentation de près d’1 M€ par rapport à 2017 et en augmentation de 3M€ par rapport au budget. 

Un PNB qui se situerait à 309 M€ (+2 M€ par rapport au budget). Des charges en baisse liées aux économies sur les effectifs, régularisation d’impôts et taxes, et des dépenses maitrisées. 

Le coefficient d’exploitation passerait ainsi à 64,5 % alors qu’il était budgétisé à 68,9 %. 

Un coût du risque conforme au budget à 23 M€. 

Tous ces indicateurs au beau fixe permettraient un intéressement à hauteur de 11% de la masse salariale. 

Pour 2019, le Directoire ambitionne un résultat net à 58 M€ ! 

A l’heure où on parle enfin de la hausse du coût de la vie pour ceux qui travaillent, une chose est certaine, le moteur “Négociation Annuelle Obligatoire “ de Loire Centre ne doit plus rester à Zéro : la présidente doit comprendre que vos factures augmentent et que vos augmentations générales ne doivent plus rester au point mort !! 

Jours chômés 2019 

Pour les salarié-es travaillant du lundi au vendredi : le 15 Juillet et le 12 Août 2019 

Pour les salarié-es travaillant du mardi au samedi : le 13 juillet et le 10 Août 2019 

L’équipe SUD-Solidaires CELC

TÉLÉCHARGER LE TRACT