Flash

Élections du CSE du 22 au 30 novembre à la Caisse d'Épargne Grand Est Europe

Les candidat-es

 

M. Lebrun s’en va !

A peine renouvelé le 25 avril dernier pour 5 ans, le directoire de la CEIDF va perdre le plus emblématique de ses membres avec le départ de l’inénarrable M. Lebrun. Son arrivée est d’ailleurs annoncée avec faste à la présidence du directoire de Languedoc-Roussillon (Sic).

Directeur du réseau Commercial et membre du directoire en charge de la BDD depuis 2010, qu’il a dirigée d’une main de fer dans un gant de boxe, distillant les coups (même bas), ne reculant devant rien et surtout pas les excès de langage.

Instituant la terreur en mode de management, les cadres ces «gugusses» comme il aime à les appeler, en ont fait les frais. Qu’ils soient DR, DSC ou DA, rares sont ceux qui trouvent durablement grâce à ses yeux.

Savoureux, inattendu et audacieux de voir ce chantre des résultats commerciaux – quel que soit le prix humain à payer – se faire l’ambassadeur d’Esprit de service, de la bienveillance et de la symétrie des attentions. Qui aurait confié le ministère des droits des femmes à Désiré Landru ?

Par ailleurs, ce manager hors pair, pratique un art consumé de la grossièreté portant hautes les couleurs de la misogynie.

Et malgré cela, ou grâce à cela, les résultats commerciaux explosent année après année. Il faut dire qu’il l’a dynamitée la «belle endormie». A coups de réorganisations, de création des postes de DSC relais au plus près du terrain de Sa politique commerciale, à coups de mobilités incessantes au détriment de la relation client, à coups de challenges, temps forts, PCO et autres invitations à déjeuner ou convocations dans son bureau, en fonction du classement occupé, c’est selon.

Nous souhaitons que son successeur rompe avec ces pratiques d’un autre âge. Nous souhaitons qu’il accompagne l’ensemble des salariés de la BDD, Pro&Assos, et Gestion Privée sur la voie de la transformation digitale, de l’acquisition des connaissances nécessaires, de la mise en valeur des compétences et du maintien d’un réseau commercial de qualité.

Vous l’aurez compris sans mal, l’annonce du départ de Gilles Lebrun ne nous chagrine pas.

En effet, il aura été, depuis 2012, un artisan acharné de la lutte contre notre syndicat. Appelant ouvertement à ne pas voter pour ses candidats, menaçant ces derniers – lorsqu’ils sont cadres – de représailles. Il aura tout osé. En 2015, le bonimenteur patenté, haranguait les foules pérorant que SUD gardait en otage 1 M€de tablettes numériques dans un hangar… Sans jamais cesser de nous dénigrer depuis lors.

SUD ne lui en tient pas rigueur. Nous lui reconnaissons d’ailleurs un incroyable talent : « le Gillou », sur le dancefloor, c’est le king. Pas sûr que ça lui serve au pays de la course Camarguaise cependant. Bon débarras !

L’équipe SUD-Solidaires CEIDF

TÉLÉCHARGER LE TRACT