Flash

Voir la VIDÉO du rassemblement contre les suppressions d'emplois et les fermetures d'agences.

RDV en terrain connu

…Ou terre inconnue pour la Direction

Nous entrons dans la troisième année de benchmark, plus sobrement appelé PERFORMANCE en CEBFC. A vos côtés sur les lieux de travail ou en tournée d’agences, vos élus SUD dressent un état des lieux alarmant de la situation dans notre Caisse.
Tous les métiers commerciaux sont directement concernés : souffrance, arrêts de travail, antidépresseurs, insomnies, peur de mal faire ou de se tromper dans la conformité, envie de quitter l’entreprise, absentéisme non remplacé, heures supplémentaires non déclarées, empilement permanent des challenges commerciaux, des temps forts, des journées SED, des heures coup de poing, des contrats temporaires toujours plus nombreux en

intérim ou en CDD, une informatique à l’agonie et qui rend fou… La précarisation est un mal qui ronge les équipes. L’agressivité clientèle est à son plus haut niveau, l’insatisfaction atteint des records quoi qu’en disent les enquêtes de qualité faites par la Direction… Les salariés aux postes d’accueils (quand il en reste un) sont aux premières lignes des agressions de la part des clients. Performance entre dans sa troisième année et la fatigue se fait sentir. Pour gagner mécaniquement des places “au perf” il
faut essayer “de ne pas remplacer un ETP” quitte à épuiser un peu plus le reste de l’équipe. Les temps de pause (relatifs) qu’offraient auparavant la période estivale et le mois de décembre ne sont plus possibles, lever un peu le pied sur ces périodes revient à laisser les autres gagner des places au classement.

Dans certaines agences, les salariés les moins “productifs”, parfois les plus âgés mais pas toujours sont stigmatisés par leurs collègues car “ils font perdre des places à l’agence” .
Dans les agences multi vitrines, les RPV sont supprimés et c’est les GC qui en plus de leurs tâches doivent assurer la fonction, notamment d’accompagnement et de formation des plus jeunes et des nouveaux embauchés.

Les services de back office ou de production ne sont pas en reste non plus bien au contraire : manque d’effectifs, agressivité de la part de certains salariés du réseau, arrêts maladie, surcharge dans tous les services.
LES RÉSULTATS FINANCIERS DE NOTRE CAISSE SONT AU PLUS HAUT, LA SANTÉ DES SALARIÉS EST AU PLUS MAL.

NOUS N’EN POUVONS PLUS !!! NOUS APPELONS UNE NOUVELLE FOIS LA DIRECTION A STOPPER IMMÉDIATEMENT CETTE ORGANISATION DU TRAVAIL DESTRUCTRICE POUR QUE LA SÉRÉNITÉ REVIENNE.

Rejoignez-nous, participez à la vie de votre entreprise en adhérant à nos côtés !

ON LÂCHE RIEN !

Télécharger le tract